10 février 2013

Portrait Passion: Sandy Silva

SANDY SILVA-   DANSEUSE ET CHORÉGRAPHE -   Je croyais que j’allais être une professionnelle de la santé. J’étais en route vers l’école et j’ai arrêté à un festival où j’ai vu des danseurs et des musiciens jouer ensemble. J’étais complètement ébloui par leurs conversations – la façon dont ils parlaient et écoutaient avec leurs instruments et leurs corps; ayant des conversations rythmiques les uns avec les autres. Éventuellement, j’habitais dans une maison avec des musiciens. Entre les cours et les études, je les écoutais pratiquer au métronome et jouer des morceaux toute la nuit. Je ne pouvais pas en avoir assez; je voulais en faire partie. Je savais que je devais voyager pour découvrir d’autres cultures et essayer d’incarner leur langage de danse percussive, tout en écoutant attentivement et en embrassant leur musique. Tout ce que je fais maintenant vient de mes voyages et de mes expériences. Je ne sens pas que c’était un choix conscient. J’étais tout simplement obsédée.   Le travail est devenu un processus sans fin. Lorsqu’on répète quelque chose milles fois, on l’a dans le corps et ça devient une partie de nous. Je crois que j’ai trouvé ce que j’aimais et j’ai juste surfé la vague. Ce n’était pas « devrais-je » ou « puis-je », je devais le faire!   Je n’ai jamais passé d’audition; je n’en avais jamais besoin. Je suis consciente que cela peut sembler plutôt arrogant! Par contre, j’étais une des rares personnes qui pratiquait ce style de danse! Lorsque je voyageais pour le travail, pour les études ou les festivals, j’écoutais les musiciens et, si je les aimais, je leur demandais si je pouvais aller dans le coin et danser un peu. Ils me disaient : « Sors du coin! » et parfois, j’obtenais un spectacle avec eux ou même une petite tournée quelques mois, ou même des années plus tard.   Il y a encore beaucoup à apprendre et beaucoup à faire! Avec l'âge, je reconnais davantage que je dois écouter mon corps et m’adapter à où je suis physiquement et spirituellement. Je cherche vraiment à explorer ce qui est véritable en moi. C’est là d’où vient le gros du travail. Naturellement, je ne suis au même point que lorsque j'étais dans ma trentaine ou même dans le début de ma quarantaine. Je veux continuer à explorer et raffiner les façons de parler avec mon corps et de les partager avec d’autres personnes.   Site web: http://www.sandysilvadance.com/ 

1