L’exercise sur un ton des années 90

Est-ce qu’il vous arrive d’être nostalgique de la musique des années 90? Une nouvelle tendance à Londres invite justement les gens qui s’ennuient des classiques comme ‘What is love?’ ou ‘Please don’t go’ de se remettre en forme lors d’une mini soirée rave en milieu de semaine. Enfilez vos vêtements fluos, sortez vos bâton lumineux et rappelez-vous que ‘Rhythm is Dancer’!

Sonia Clarke est de retour à l’École supérieure

Pour une deuxième année consécutive, la fondatrice d’Artmistice, Sonia Clarke, est de retour à l’École supérieure de ballet du Québec pour enseigner un cours de jazz. C’est avec plaisir qu’elle retourne à la barre et est ravie de voir que les cours offerts à cette institution de la danse inclus maintenant le jazz, le pilates et le flamenco.

Qu’est-ce qui se passe en mai?

Le Festival de Stratford – 27 avril au 20 octobre @ Lieux divers, Stratford, ON


La célération annuelle des oeuvres de Shakespeare est de retour pour une 60e année. Une programmation de 12 pièces seront jouées dans 4 théâtres dans le village pittoresque de Stratford jusqu’en octobre… une belle destination pour les vacances d’été!




Rent: Le Musical - 28 avril au 2 juin @ The Lower Ossington Theatre, Toronto, ON


La comédie musicale rock à propos d’un groupe de jeunes artistes vivant à New York et faisant face au SIDA est basée sur l’opéra La Bohème de Puccini. Gagnante de plusieurs prix, RENT jouera au Lower Ossington Theatre pour une durée prolongée.




Rêve (Dream Away) par Stephan Thoss – 16 au 25 mai @ Place des Arts, Montréal, QC


Comme le suggère son titre, Rêve est un ballet contemporain surréaliste qui brouille les frontières entre le réel et l’imaginaire. Reconnu pour son interprétation inventive des classiques du ballet, ainsi que pour des oeuvres plus surréalistes, le chorégraphe et gagnant de prix allemand Stephan Thoss crée ses propres scénographies et costumes.




Festival TransAmériques Dance + Théâtre – 22 mai au 8 juin @ Lieux divers, Montréal, QC


Ce festival international de nouvelles pièces de danse et théâtre combine de façon cohésive des disciplines et tendances artistiques des chorégraphes, écrivains et metteurs en scène.

Bust a Move cette fin de semaine!

Préparez-vous pour le 10e festival de danse urbaine Bust a Move, ayant lieu cette fin de semaine, les 3 et 4 mai, à travers Montréal. Un des duels les plus attendus de l’année figure au festival, ainsi que des ateliers, productions théatrales, tables rondes, et fêtes d’ouverture et de clôture pour professionnels et amateurs de danse. Pour plus d’information, allez au site www.bust-a-move.ca.

Quoi voir en mars à Montréal

T.R.A.S.H. – Du 5 au 9 mars, Place des Arts


Faisant partie du programme Danse Danse, cette première montréalaise de la compagnie de danse néerlandaise présentera un programme double avec Enchanted Room et T†Bernadette.




Danz and Toot – Du 14 au 23 mars, Place des Arts

Présenté par Les Grands Ballets Canadiens, le chorégraphe israélien Ohad Naharin et chorégraphe néerlandaise Didy Veldman partageront la scène avec une présentation double. Les deux chorégraphes ont déjà travaillé avec la compagnie offrant des oeuvres mémorables.




Festival International du Film sur l’Art  – Du 15 au 24 mars à des endroits variés


Utilisant le cinéma comme véhicule d’exploration pour toutes formes d’art, le festival de dix jours présentera 250 films de 20 pays différents, et tiendra des événements spéciaux, tables rondes, vernissages, conférences, installations, et performances.



Fondation de Danse Margie Gillis – Du 27 au 30 mars, Place des Arts

Faisant partie du programme Danse Danse, la réputée danseuse moderne canadienne et récipiendaire du Prix du Gouverneur général du Canada, Margie Gillis présentera The Light Between, une nouvelle pièce démontrant l’aboutissement d’une vie en art, avec des décors conçus par le peintre et sculpteur de renommé international, Randal Newman.

La Fondation Québec Jeunes amasse $535,000 pour les jeunes à risque

Pour la seconde année de suite, les danseurs d’Artmistice ont eu l’honneur de danser au 10e Bal de la St-Valentin, un événement annuel de la Fondation Québec Jeunes. La fondation a pour mission d’aider les jeunes en difficulté ou à risque en finançant des programmes communautaires. Les danseurs ont exploré le thème du ‘cabaret parisien’ avec style et classe, ce qui a contribué à classer ce Bal de la St-Valentin comme le plus réussi jusqu’à présent!

Sonia Clarke et Andrea Este au Festival de Dance de Vancouver

Sonia et Andrea d’Artmistice danseront avec Muriva Danse au Festival International de Danse de Vancouver. Le festival annuel, d’une durée de trois semaines, met en vedette des compagnies de danse venant de la Nouvelle-Zélande, la Suisse, le Denmark, et le Canada. Muriva Danse sera au théâtre The Roundhouse du 7 au 9 mars à 19h00.

Portrait Passion: Sandy Silva

SANDY SILVA-

 

DANSEUSE ET CHORÉGRAPHE -

 

Je croyais que j’allais être une professionnelle de la santé. J’étais en route vers l’école et j’ai arrêté à un festival où j’ai vu des danseurs et des musiciens jouer ensemble. J’étais complètement ébloui par leurs conversations – la façon dont ils parlaient et écoutaient avec leurs instruments et leurs corps; ayant des conversations rythmiques les uns avec les autres. Éventuellement, j’habitais dans une maison avec des musiciens. Entre les cours et les études, je les écoutais pratiquer au métronome et jouer des morceaux toute la nuit. Je ne pouvais pas en avoir assez; je voulais en faire partie. Je savais que je devais voyager pour découvrir d’autres cultures et essayer d’incarner leur langage de danse percussive, tout en écoutant attentivement et en embrassant leur musique. Tout ce que je fais maintenant vient de mes voyages et de mes expériences. Je ne sens pas que c’était un choix conscient. J’étais tout simplement obsédée.

 

Le travail est devenu un processus sans fin. Lorsqu’on répète quelque chose milles fois, on l’a dans le corps et ça devient une partie de nous. Je crois que j’ai trouvé ce que j’aimais et j’ai juste surfé la vague. Ce n’était pas « devrais-je » ou « puis-je », je devais le faire!

 

Je n’ai jamais passé d’audition; je n’en avais jamais besoin. Je suis consciente que cela peut sembler plutôt arrogant! Par contre, j’étais une des rares personnes qui pratiquait ce style de danse! Lorsque je voyageais pour le travail, pour les études ou les festivals, j’écoutais les musiciens et, si je les aimais, je leur demandais si je pouvais aller dans le coin et danser un peu. Ils me disaient : « Sors du coin! » et parfois, j’obtenais un spectacle avec eux ou même une petite tournée quelques mois, ou même des années plus tard.

 

Il y a encore beaucoup à apprendre et beaucoup à faire! Avec l’âge, je reconnais davantage que je dois écouter mon corps et m’adapter à où je suis physiquement et spirituellement. Je cherche vraiment à explorer ce qui est véritable en moi. C’est là d’où vient le gros du travail. Naturellement, je ne suis au même point que lorsque j’étais dans ma trentaine ou même dans le début de ma quarantaine. Je veux continuer à explorer et raffiner les façons de parler avec mon corps et de les partager avec d’autres personnes.

 

Site web: http://www.sandysilvadance.com/ 

Portrait Passion: Janet McNulty


JANET McNULTY-

 

Créatrice de costumes-

 

Mon implication dans la création de costumes a probablement commencé avec mon premier costume d’Halloween, à l’âge de huit ans. J’ai coupé un drap bleu et j’ai cousu à la main un costume de lutin; des bottes, une tunique, et un capuchon. Personne ne m’a montré comment, je l’ai juste fait. Durant mon adolescence, j’avais un certain flair avec la façon que je m’habillais. Je parcourais les magasins d’occasion et les coffres de grenier de mon amie, insistant toujours de porter de vieilles robes avec des accessoires modernes. Lorsque mon copain a gradué (j’étais un an plus jeune), il a porté un chapeau haut de forme classique, queue-de-pie, des guêtres blanches sur ses chaussures et une canne avec une tête en or. De mon côté, j’ai porté une longue robe noire en chiffon, des gants blancs en satin, avec les cheveux en boucles aux épaules. Tout le monde a craqué! Le noir n’était pas une norme pour l’occasion. L’année suivante, plusieurs couples ont suivi notre style. J’ai su à ce moment que j’avais un sens du style qui pouvait influencer les autres.

 

Plus tard, j’étais d’abord danseuse et création de costumes passait deuxième. Parfois, je dansais dans les pièces j’avais créé et d’autres fois, je regardais danser mes créations sur scène sans moi. C’était excitant! C’était une période passionnée, prolifique et créative de ma vie. Durant ces années, j’ai tenté de capter la signification de la danse dans mes costumes.

 

Aujourd’hui, le retour à la création de costumes est une façon rafraichissante de rester près de la danse; amasser les idées, rassembler dans un collage d’inspiration et combiner le tout pour trouver une création finale qui accompagnera le travail du chorégraphe sur scène.

 

Site web: http://fousdemiseenforme.weebly.com/styliste-et-couturiegravere.html